mar 05

Bargento, un événement Ecommerce incontournable !

Venez à la rencontre des meilleurs spécialistes de l’Ecommerce et de 1 000 visiteurs pour échanger et tout connaître de Magento, la solution E-commerce N°1 !

Un septième opus, sous le signe des retours d’expérience

Lancés en 2009, juste après la sortie de Magento, Bargento est devenu le lieu de rencontre entre clients, experts, éditeurs, communauté et prestataires. Après 6 éditions, ce Bargento 2012 est un évènement mature qui sera un condensé d’expériences, tant au niveau de l’organisation que des retours faits par les clients, intégrateurs et partenaires.

Du contenu, de l’interactivité et de l’exclusivité

Magento Inc et Ebay lanceront le Bargento 2012 par une keynote annonçant les nouveautés de Magento pour l’année à venir. Elle sera suivie de 7 conférences, animées par des personnalités de renom dans le monde du E-commerce, qui permettront de découvrir les innovations et retours d’expériences de nombreux acteurs ainsi que les meilleures pratiques.

L’équipe du Bargento 2012 porte également une attention particulière à l’interactivité de l’événement et à l’échange entre exposants et visiteurs. Dix ateliers thématiques seront ouverts au public, de la découverte de la solution au Developer contest, en passant par la découverte de nouvelles technologies et l’analyse gratuite de votre site par les désormais fameux « Website doctors » (François Ziserman, Olivier Sauvage, Oliver Levy et Vincent Gross).

Bargento accueillera également la 1ère réunion du « Club Utilisateurs Magento Enterprise France » (CUMEF), ainsi que de nombreuses autres surprises dont la création d’une zone ressources humaines pour mettre en relation développeurs et entreprises.

Un lieu de prestige pour un Bargento encore plus grand !

Le Bargento 2012 prend ses quartiers au CNIT, en plein cœur de la défense à Paris le 29 mai 2012 !

Tous les spécialistes de Magento seront réunis dans un espace de 1 000 m², qui comprendra 34 stands, 6 salles de 40 m² qui regrouperont 10 ateliers et 7 conférences dans un amphithéâtre de 750 places !

Informations pratiques

Bargento 2012 au CNIT Site web de l’événement : http://www.bargento.fr/

Contact des organisateurs : [email protected]

Suivre Bargento sur Twitter : http://twitter.com/bargento

Rejoignez les 1 000 visiteurs vous inscrivant ici : http://www.weezevent.com/bargento2012

Bargento 2012 est un événement organisé par :

écrit par Philippe Humeau \\ tags: , , ,

juin 10

Ebay & Magento

Depuis cette annonce officielle du début de semaine, les couloirs du monde du E-commerce bruissent de questions, de fantasmes, d’idées sur ce que signifie ce rachat, sur ce qu’il va changer au niveau de Magento et de la solution. Depuis 5 jours, j’ai eu une pelleté de mail pour me demander mon point de vue sur ce changement, tout comme les autres responsables communautaire en Allemagne, en Angleterre ou dans d’autres pays.

Je tiens, avant d’aller plus loin, à signaler que ce qui va être dit ci-dessous n’est que le reflet de ma propre opinion et en aucun cas une information « de l’intérieur » ou un avis « corporate de Magento Inc« . Depuis 3 ans que je fréquente Roy, Yoav et plus récemment Bob, je suis devenu assez proche d’eux pour échanger régulièrement mais rien d’exclusif ne m’a été annoncé « en private ».

Par contre,  on travaille sur la première interview officielle de Roy Rubin suite au rachat de Magento par Ebay en ouverture du Bargento. Ce n’est pas encore finalisé mais nous travaillons ce point et il est probable que j’interviewe Roy Rubin & Yoav Kutner en guise de « Keynote » pour l’ouverture de Bargento 2011.

Be there, tout sera dit, évoqué et on devrait avoir « du lourd ». Envoyez moi vos questions si vous en avez, j’essayerai de les poser !

Quelques semaines que…

Depuis le début de l’année, le mouvement me paraissait logique (je vais y revenir).

Depuis Meet Magento 5.11, les rumeurs étaient dans l’air.

Depuis lundi, il n’y a plus de mystère. Même si un contact bien placé chez les VC m’annonce qu’il y a encore un peu de paperwork, l’agreement est signé. Nous parlons donc ici d’un rachat complet de Magento Inc par Ebay. Les quelques actions qui étaient émises en stocks seront probablement compensée en action Ebay ou en cash, celle de Roy & de Yoav ont été vendues à Ebay.

Nouveau ? Non je ne pense pas. Pour moi (et là encore, ces allégations n’engagent que moi), quand Ebay a signé la première partie des 49% des parts de Magento, le deal était déjà prévu pour se finir par un rachat complet à un an, sous condition de réussir quelques objectifs. [NDA 11/06/2011 : J'ai eu une information contraire depuis et il semble qu'Ebay n'avait pas déjà prévu la deuxième partie du deal dès le début]

Pourquoi ? Car c’est une méthode habituelle de procéder dans ce genre de cas. De plus Ebay n’a pas pour habitude de faire des investissements minoritaires, encore moins dans un secteur clef pour eux. Enfin, Magento, aussi prometteur qu’ai pu être la solution en 2010, n’était qu’un embryon. Avoir un an de plus pour confirmer les résultats semblait logique.

La stratégie globale d’Ebay

Évidemment quand une société comme Ebay investit, ce n’est pas au hasard ou par pur opportunisme. Bien que l’achat opportuniste existe sur ce marché, il reste de toute façon dans les bornes d’un plan stratégique long terme du type « dominer le monde et les galaxies avoisinantes à terme de xx années ».

Dans le cas d’Ebay, à mon sens, il suffit d’analyser la situation actuelle du marché mondial du E-commerce et mettre en parallèle les acquisitions récentes pour comprendre le schéma. D’ailleurs, parlant de X.commerce, il faut se souvenir que fin 2009, Ebay avait déjà parlé de X.com avec PayPal X, le plan ne date donc pas d’hier !

Amazon domine le marché dans une quinzaine de pays et a développé des armes fatales :

  • un service client béton
  • un site qui est quasi parfait en terme d’IHM et sert d’exemple partout dans le monde
  • un système logistique au-delà de tout ce qui a pu exister
  • un système de Cloud pour rentabiliser son architecture tout en empochant une manne impressionnante

Ebay lui a été le pionnier dans son domaine mais :

  • les ventes du grenier de mamie ne représente plus que  25% des ventes d’Ebay, 55% sont de l’achat direct et le reste est représenté par les ventes / annonces de voitures/immo
  • Dans les 55% de ventes directes nous avons ni plus ni moins à faire à un gros porteur du SAAS avant l’heure, à des marchands qui se servent d’Ebay comme plateforme
  • Paypal est une banque dédiée à l’Ecommerce, possédée par Ebay, c’est l’équivalent de l’arme secrête Cloud d’Amazon pour Ebay
  • Le géant aspire a devenir une marketplace mondiale (comme priceminister ou Pixmania en FR) pour concurrencer Amazon a sa façon

Du coup, Ebay se place en concurrent directe d’Amazon sur un marché légèrement différent, avec des armes qui lui sont propres et un réseau existant.

Mais il manquait à cet arsenal quelques clefs :

  • 2010 : Investissement dans Magento Inc
  • 2011 : Rachat de GSI
  • 2011 : Rachat de Where
  • 2011 : Rachat total de Magento Inc

Ces mouvements ne visent tous qu’un but : pousser Ebay vers son futur, remettre la société dans le match pour la place de leader mondial. Il y a fort à parier que pas mal d’autres acteurs vont tomber dans les grands filets d’Ebay qui va acheter du « best of breed » pour combler son retard.

Ma mise pour les prochains rachats : d’autres acteurs de la chaine de valeur : logisticiens, web marketing, mobile marketing, M-commerce, hébergeur (Cloud) et outils de CRM/ERP. La gamme de service va se compléter et Ebay montera ou rachètera ce qui lui manque.

le X.commerce par Ebay



Déjà les briques :

  • Ebay
  • Magento
  • Paypal
  • Omniture
  • Terapeak
  • Where
  • Milo
  • Kenshoo
  • Redlaser
  • Adobe
  • GSI commerce

Chaque briques est clef et Ebay a créé un lien direct (achats, contrats, partenariat) avec toutes ces technologies ou sociétés. Le but est réellement d’avoir le positionnement le plus large possible en terme de service. Commerce de proximité, géolocalisation, connecteur de payement, couponing, délégation, code bar (par Red laser, pour les POS), digital marketing,  Analyse & BI, solution… Ça avance à grands pas, quelques acquisitions ou partenariats de plus (M-commerce ? M-marketing ? Régie publicitaire ?) et le paysage sera très complet !

La plateforme restera ouverte afin que les clefs comme PayPal ne soient pas uniques et ne bloquent pas les autres technologies ou fournisseurs. L’idée derrière X.Commerce est d’être un « Open Ecosystem » afin de ne pas limiter l’expansion de la plateforme.

Magento qui intégrerai Milo ? Ebay dans le BO de Magento ? Toutes ces couches vont se renforcer et se liées petit à petit dans le temps, peut être vers une API complète qui couvrira plusieurs acteurs de la chaine à mon sens.

Position de Magento dans cette stratégie et vs GSI ?

C’est une grande question mais X.Commerce est un projet d’envergure et je pense qu’il est très structuré en « gamme ». Le but est de fournir un service de plus en plus complet qui ira jusqu’aux entrepôts, l’acheminement, la facturation, la connexion aux outils de l’entreprise (ERP/CRM), l’hébergement, le marketing, l’advertising etc.

Mais il est probable, quand on joue à la taille d’Ebay, que les segments soient très clairs pour Ebay :

  • Boutiques Ebay & particuliers / TPE : Magento GO
  • PME / Mid-size : Magento CE / PE
  • Top 5000 worldwide retailers & merchants : Magento EE
  • Top 500 worldwide retailers & merchants : GSI, ceux qui font ou feront 1 millard de dollar ou plus en ligne

Après, le travail d’analyse devient plus complexe. Il est relativement connu que la plateforme technique de GSI est assez moyenne. Ce qui démarque la société c’est son offre de service. Fusionner Magento et GSI en terme de plateforme n’a pas de sens à mon avis, il est donc probable qu’a terme Magento équipe GSI pour remplacer son offre technique. GSI pour le service, Magento pour la plateforme, Paypal pour le payement, X.commerce commence à prendre forme non ?

Les composants sont là, les services aussi, les clients déjà existants pourront migrer, les futurs clients auront une facilité d’intégration indécente entre le connecteur de payement, la plateforme et les services… Et dans ce cas, qui pèse lourd ? Le premier marchand en ligne au monde ou les millions de « petits » sites marchands ?

Dans le doute, Ebay joue double, il concurrence Amazon en prenant le low market à grande vitesse, tout en faisant fructifier sa banque (PayPal) et adresse aussi le segment haut de gamme avec GSI. La version Enterprise de Magento se place tout naturellement dans ce jeu, au milieu, pour le segment moyen de gamme.

Surtout, cette largeur dans le spectre permet à Ebay d’accompagner la croissance des clients, de sa phase de démarrage sur GO jusqu’au E-commerce par délégation avec GSI. Ebay pourra couvrir toutes les phases de la croissance de ses clients, avec une palette de services qui s’élargira au fil du temps.

Jouer au petit poucet

Les indices se balladent mais les mettre bout à bout est complexe. Entre Bargento, Imagine, Magento Dev Paradise & Meet Magento,  il faut être presque partout pour voir le big picture.

Après ce dernier Developer Paradise à Ibiza, nous avons pu avoir un peu d’informations sur les évolutions de Magento et clairement la roadmap est très soutenue, ce qui implique, pour moi, que la solution est très pérenne. En fait ce rachat par Ebay va renforcer le produit, les fonds de la société et les fonctionnalités de Magento, plus probablement le produit va s’ouvrir avec un gros webservice.

Yoav a parlé de Soap, Rest, RPC-XML et de loose coupling, c’est de l’ouverture au possible tout cela, le PHP restera la clef, ainsi que l’open source en tout cas.

De plus à Imagine en début d’année, Yoav annonçait aussi que la base de développement technique pour toute la plateforme Magento (GO, CE, PE, EE, Mobile) sera la même en terme d’API ce qui permettra à un grand nombre de modules d’être compatible sur toutes les plateformes.

Webservice, ouverture, API, tout cela converge vers une grosse plateforme bien ouverte pour moi.

Ecommerce par délégation et multi canal : la clef ?

Quand on souhaite jouer à cette échelle, il devient nécessaire de pense Multi Canal. En effet les retailers, qui sont ceux qui tirent le marché du E-Commerce actuellement, sont souvent doté de POS (Point of Sale), de catalogue papiers, de canaux de ventes indirectes et rêvent de mobile en plus de leurs sites Web.

Regrouper tous ces canaux de ventes ne  se fait pas en claquant des doigts et les solutions de E-commerce se doivent d’être de plus en plus agiles. Si je me fie à ce que je vois dans le prochain Bargento, 40% des animateurs, exposants et speakers vont parler d’une forme de Multi-canal ou d’une autre. La tendance est lourde.

Sur la délégation, même combat. Les plus grandes marques veulent se concentrer sur leurs cœurs de métier, le design, le marketing et la production mais le modèle Vente Privée à prouvé qu’ils sont aussi d’accord pour céder une partie de leurs marges en contrepartie d’un service complet. Les acteurs comme GSI, Mix Commerce, DCF, Baobaz et de nombreux autres visent ce marché et vont s’y battrent pour convaincre les retailers que la solution de la délégation est la meilleure économiquement.

Évidemment, faire converger Délégation et Multi-canal va de soit alors je reste persuadé que ces modèles vont dominer la scène à moyen terme sur le segments des retailers. Avec sa nouvelle force de frappe et son projet X.Commerce, Ebay va jouer un rôle clef sur ce segment.

Et les autres géants ?

Il semble improbable qu’Oracle, Google, Microsoft et IBM ne réagisse pas.

Oracle a racheté ATG, probablement pas pour faire de la figuration. Microsoft a beau avoir des ennuis actuellement, la société n’a pas l’habitude d’apprécier être en queue de peloton et possède des moyens colossaux pour revenir dans le jeu (à moins qu’elle ne décide de passer outre cette bataille).

IBM a du accuser le coup du rachat de SUN par Oracle car Websphere Commerce repose assez largement sur Java mais la maison reste puissante, le soft connu et certaines sociétés sont encore dans une mentalité « Personne ne s’est jamais fait virer pour avoir choisit de prendre IBM ».

Amazon ne va pas rester sans rien faire et son offre sur la partie mobilité semble un peu faible, c’est probablement sur ce créneau que le géant va contre attaquer. Décidément, les opérateurs de M-commerce vont valoir une petite fortune à court terme je pense. Il est possible aussi que, toujours avec un cran d’avance ce soit les médias de type télévisions connectées qui occupent le géant.

Apple reste un des leaders du E-commerce indirectement. Avec le plus grand nombre d’application pour mobile vendu dans le monde, une domination insolente et sans partage du segment des app, des mobiles haut de gamme, de la vente de musique et des tablettes, il serait étonnant que la firme de Cupertino choisisse de ne pas mordre de cette pomme.

Oublier Google irait si vite si ils n’avaient pas déjà les mails, les téléphones (OS au moins), les plannings, le moteur de recherche, l’advertising, et tout le reste. Qui peut rivaliser avec Google alors que c’est le premier vecteur de trafic naturel et payant pour un site de E-commerce ? Qui pourra s’alliera avec ?

Google Wallet n’est pas une initiative innocente quand l’on voit que le procès est partit presque immédiatement et que les personnes recrutés sont des anciens pontes de PayPal. En résumé, il parait impensable que Google ne viennent pas jouer des coudes dans ce marché, d’autant que sa position, google shopping et panda sont autant d’indices qui tendent à montrer un fort intérêt de la marque pour le Ecommerce. Android constitue une excellente base pour développer du M-commerce par ailleurs.

Et les autres technos ?

Hybris : Un ovni vient de faire son apparition sur le marché haut de gamme. Pourtant la solution existe depuis plusieurs années mais les Suisses sont des gens discrets par nature alors on en entend parlé que depuis peu de temps. Fort de plusieurs dizaines de millions d’euros de CA, d’un casting d’ex dirigeants de grands groupes et d’une techno béton, Hybris s’impose.

Et quand il s’agit de scaler, de grossir, de gérer des dizaines de millions de produits, le petit nouveau convainc sans problème les grands comptes de son efficacité, de sa souplesse et de la vertu de reposer sur un langage fortement structuré. La solution coûte cher (on parle en ceintaine de milliers d’euros pour les licences) mais fait (presque) tout. Le product manager est dédié au multi-canal nativement alors oui, il va falloir compter avec Hybris quand on parle de haut de gamme et comme Magento en son temps, il a fait son apparition dans le beaux tableau du Forrester research group.

Commerce Guyz & Drupal Commerce : Quand on a quelques centaine de milliers de développeurs formés à sa techno, on part avec un certain atout. De la même façon, quand on est le successeur d’Ubercart, la partie n’est pas la même, on est juste attendu. Avec sa très très forte composante CMS qui manque cruellement à presque tous ses concurrents, Drupal commerce va frapper très fort. De plus la technologie est modulaire à l’extrême, imaginer la souplesse de Drupal, allier à la force du Ecommerce, c’est presque effrayant.

Prestashop cherche à lever des fonds pour soutenir ses ambitions et tente l’aventure Américaine avec l’un de ses fondateurs. Le produit fait tout pour se débarrasser de son image de solution pour « les petits sites » et reste un pionnier historique du modèle SaaS à sa façon. La solution existe depuis plus longtemps que beaucoup d’autres dans le marché mais son histoire semble accélérer maintenant. Dans un marché avec de tels players, Prestashop cherche à sortir de l’hexagone pour aller à l’international, un mouvement que tente Oxid en Allemagne ou son redoutable concurrent RBS en France.

RBS Change est un produit très efficace, propre et arrivé sur le marché depuis 3 ans. Les fondateurs sont Français et c’est encore un fleuron du E-commerce de plus qui est né dans l’hexagone. Le backoffice en XUL est très pratique et original, même s’il impose d’utiliser Firefox pour son backoffice, le produit est novateur, rapide et extrêmement performant. Dans les framework PHP, c’est un des plus véloces en fait. La richesse fonctionnelle est là et la société fait évoluer son modèle économique, son produit et son marketing, je pense qu’ils font partit des « emerging player to watch ».

Oxid Esales est le leader de la solution E-commerce en Allemagne. Rien que ce fait impose le respect car le marché Allemand est exigeant, déjà très structuré et mature. Alors quand on part avec d’aussi bonnes bases (largement dominant en Allemagne), que les clients références sont légion et le feedback très positif, il reste à partir à la conquête de l’Europe et du monde. Encore un acteur de la taille d’Oxid ou de Prestashop avec de fortes prétentions et toutes les raisons d’y croire !

Les autres SaaS :  Oxatis, Powerboutique, Demandware, et beaucoup d’autres sont à la chasse. Des petits pour les deux premiers aux grands pour le troisième, chacun cherche à convaincre que son offre est la plus adapté à un segment de marché mais les autres acteurs « framework » arrivent aussi avec leurs propres prétentions, RBS, Drupal etc. Ca va donc être un marché très « dynamique » et ultra concurrentiel.

Les autres technos existantes : WCS, ATG, Microsoft commerce et beaucoup d’autres framework moins connus, tous ces acteurs ne se coucheront pas et vont aussi jouer leurs cartes, petits ou grands les risques et les opportunités restent énormes, comme me le disait un ami (qui est un des boss d’un des top 5 sites français), « on en est à peine au début en matière de E-commerce ».

Alors qui va se faire racheter par qui ?


Quelques cibles qui semblent attractives :

  • les sociétés spécialisées dans le développement sur mobile, tablette et tactile. Plusieurs acteurs de tailles moyenne font déjà un bon boulot avec une bonne expertise, Mobile Roadie ou Adyax par exemple.
  • les frameworks (pour leur valeur intrinsèque et pour leur portefeuille client), Ebay est équipé mais quid des autres acteurs ? IBM ou Oracle pourrait craquer pour Hybris, un autre des géants pour Oxid ou RBS pour se faire un SaaS à lui, les opportunités ne manquent pas.
  • les régies de publicité (online et sur mobile)

  • Mais peut être aussi :

  • les logisticiens (entrepôts, automates, roulage, livraison)
  • société de marketing digital
  • les intégrateurs (pour la croissance externe de plus gros intégrateurs)
  • les opérateurs de Cloud privé

Le grand plan d’Ebay

Finalement, en quoi consiste « The Big Picture » pour Ebay ?

Je parie sur les points suivants :

  • X.commerce : Un hub business où prendre des marges sur les différents services, tout en le laissant ouvert pour que toutes les techos puissent y jouer.
  • Offrir un parcours complet pour le commerçant : Ebay->Go->Magento CE->Magento EE->GSI avec de la valeur à chaque étape, probablement adossé à un Cloud pour se concentrer sur l’offre de service plus que sur la partie sous jacente.
  • Et surtout… Faire fructifier la plus grande banque du monde. Car avec 300 Millions de comptes, majoritairement d’européens et d’américains, PayPal c’est un peu la nouvelle banque du monde du E-commerce et accessoirement, un des plus grande banque de retail au monde. On peut y émettre des devis, se faire payer, payer avec une dizaine de méthodes différentes. Le plan secret, plus que le service End to End, pour moi il est là : faire de la marge sur des centaines de millions de comptes bancaires. 300 millions de comptes, des dépenses qui vont avoisiner les 1500 € par têtes en moyenne par an, prendre un petit pourcentage de cette manne, c’est être très grosse banque dans le monde non ?

écrit par Philippe Humeau \\ tags: , , , , ,